articles de presse

articles de presse Cantal

Article sur le Figaro du 4 janvier 2023: l'avenir des stations de ski de moyenne montagne ...

04012023144623040123article figaro (1.7 Mo)

***************************

Video : https://www.youtube.com/watch?v=_t5RE3f7RaA

Video youtube

 

 

 

 

 

 

 

*****

La Montagne : début janvier 2023 :

La montagne

 

 

 

La Montagne du 24 décembre 2022

OPTIMISME. « Ce n’est pas si catastrophique que ça. On va voir le verre à moitié plein », lance Hervé Pounau, directeur de la station, selon qui les premiers chiffres restent positifs. photos william duran  & Romain Blanc

Cantal Déjà 40.000 forfaits ont été écoulés à la station de ski du Lioran. C’est bien, mais pas suffisant pour amortir la flambée des tarifs de l’énergie. Alors les professionnels attendent des jours meilleurs. Le remplissage des hébergements devrait monter en flèche durant la deuxième semaine des vacances de Noël, avec un pic de « séjours courts » annoncé autour du week-end de la Saint-Sylvestre. Et même si la neige ne tombera sans doute pas avant l’année prochaine, le domaine skiable reste praticable, assure la direction.

Tout droit venue de Normandie, cette famille fait découvrir les rudiments du ski à Romain, 5 ans « et demi », qui s’accroche au bâton tendu par son grand-père. « C’est notre premier jour, glisse Monique, la grand-mère. Et notre première année avec ce petit bonhomme, qui découvre le Lioran. » Pour la piste noire, c’est encore trop juste. Mais Romain barbote bien là, tout en bas de la station. « Faut qu’il tienne ses genoux et qu’il comprenne le système », commente Floriane, la maman, vraiment pas pressée. « Il garde ses chaussures, c’est déjà ça ! »

Demain s’annonce meilleur

Familiale, la station du Lioran n’était pas noire de monde, en cette première semaine des vacances de Noël. Il est rare qu’elle le soit, puisque le pic de skieurs se présente habituellement au mois de février. « C’est fluide », euphémise-t-on au pied du télésiège du Buron du Baguet. Les remontées ne sont pas obstruées par de longues files d’attente. Toutefois, le « futur proche » s’annonce meilleur. Dans les allées de la galerie Sumène ou sous la cabane des moniteurs de l’ESF, la même info circule : on attend davantage de réservations posées sur la deuxième semaine des vacances.

Les vacanciers « sont philosophes, ils font avec ce qu’ils ont »

Le gérant du bar-restaurant Le Rond-point ne court pas partout… et cela en dit beaucoup. « Ce n’est pas si mal », nuance Pierre Reutord, qui peut d’ores et déjà compter sur quelques bonnes journées de travail. « Mais ce n’est pas du tout la même fréquentation que l’an dernier à la même période, où il y avait l’effet réouverture de l’après-Covid. Et un enneigement exceptionnel », ajoute-t-il. La saison 2022-2023 s’élance « en dents de scie », suivant des bases standards.

Il faut dire que la météo n’aide pas. Hier matin, uniquement six pistes sur quarante-trois étaient ouvertes sur le domaine skiable. Depuis les fortes chutes de neige ayant offert au Lioran une ouverture anticipée, le week-end du 10 et 11 décembre, le thermomètre a du mal à repasser sous zéro. Les prévisions annoncent, pour aujourd’hui, jusqu’à + 8° à 1.200 mètres. Et depuis mercredi après-midi, la pluie fait fondre les espoirs de la station.

Le directeur est optimiste

« Ce n’est pas la frénésie », confirme Christophe Huguenin, de l’enseigne Sports plus Ski set. « Cela démarre tranquillement. Il y avait davantage de neige l’an dernier à la même période. Je pense qu’on avait mieux travaillé. » Son collègue Mickaël Benet regarde le manteau blanc fondre « à vue d’œil » : il y a quelques jours encore, « on avait de la neige jusqu’à la moitié du goudron », pointe-t-il du doigt. « Mais les gens restent contents d’être à la montagne, tempèrent les loueurs. Ils sont philosophes, ils font avec ce qu’ils ont. »

Si les chalets finissent par se remplir, la semaine prochaine, les vacanciers « resteront-ils malgré qu’il n’y ait pas beaucoup de neige ? », se demande Frédéric Perron, le gérant de l’épicerie Spar.

Le directeur de la station préfère rester optimiste. « Ce n’est pas si catastrophique que ça. On va voir le verre à moitié plein, lance Hervé Pounau. Pour l’heure, nous sommes seulement à - 2 % de chiffre d’affaires par rapport à 2017-2018 : la saison record du Lioran. Tout n’est pas perdu », résume-t-il.

Ouvrir peu, mais ouvrir bien : telle est la stratégie des pisteurs. « Nous sommes sur de la neige de culture qui tient et que l’on devrait pouvoir conforter jusqu’au week-end prochain », commente Hervé Pounau.

Le taux d’occupation des hébergements, qui se situait « entre 30 et 40 % » sur une première semaine boudée par la clientèle locale, doit passer à « 80 voire 90 % de remplissage pour toute la semaine prochaine », selon le directeur. « Beaucoup de courts séjours seront réalisés durant le week-end du Nouvel an. Il y a une tendance à ne venir que pour le week-end. »

Le Lioran a déjà franchi la barre des 40.000 forfaits vendus. C’est bien, mais pas suffisant, concède Hervé Pounau. « Nous sommes actuellement à 50 % du chiffre d’affaires que l’on aurait dû réaliser. On aurait dû vendre 80.000 forfaits. Nous devons faire une bonne année si l’on veut compenser le coût de l’électricité… »

Alors que l’hiver 2017-2018 s’était clôturé à 7,2 millions d’euros de chiffre d’affaires, la station s’est fixé un objectif de 6,5 millions pour la fin de la saison 2022-2023, énergivore comme jamais.

Les canons à neige ne tournent pas, faute de températures négatives. Ils ne profitent donc pas des tarifs 2022 de l’énergie, moins onéreux qu’en 2023. « Le soir, on a du + 4, + 5°… Ce phénomène de chaleur que tout le monde connaît, dans les massifs des Pyrénées comme des Alpes où, jeudi, ils ont pris la pluie à 2.400 mètres, relève Hervé Pounau. Cette période de réchauffement nous empêche de conforter le manteau neigeux. On attendait une période de froid la semaine prochaine, mais les prévisions sont modifiées. » À en croire la météo, il faudra plutôt s’en remettre à début 2023. « La nouvelle année va nous amener la neige, parie le directeur. On ne désespère pas ! »

Sur le plan hébergement :

HÉBERGEMENT. Durant la première semaine des vacances, les chalets et autres appartements du Lioran n’étaient pas pleins. Loin de là. Alors que « l’an dernier, à la même période, c’était complet », compare-t-on chez Benet immobilier : il n’était plus possible de réserver un logement. L’agence attend néanmoins un afflux de locataires dès ce week-end, puis au « début de la semaine prochaine, où cela va commencer à bien démarrer ». Le constat est similaire, du côté de Concedio immobilier : pour la première semaine, seuls 14 logements sur 60 ont été réservés. Du 24 au 31 décembre, cette proportion va augmenter… jusqu’à atteindre 100 %, ou presque, au cours du week-end de la Saint-Sylvestre. La station semble donc bien partie pour passer un beau réveillon, sachant que certains vacanciers feront durer le plaisir jusqu’au lundi 2 janvier.

***********************************

Article sur AURA Bref éco le 13 décembre 2022

Le Lioran va investir massivement dans son offre quatre saisons

Entre 11 et 14 millions d'euros vont être investis au Super-Lioran dans les cinq prochaines années.

publié Le 13/12/2022 - 15:22    par  Geneviève Colonna d'Istria

Alors que la saison d’hiver débute avec une semaine d’avance par rapport au calendrier initial, la station du Lioran se projette déjà dans l’avenir.

Entre réchauffement climatique, crise énergétique et problème de recrutement, les gestionnaires des stations de moyenne montagne ont de quoi se faire des cheveux blancs ! Pourtant, le Super-Lioran, station de ski phare du Massif central, a décidé de prendre son destin en main. De très lourds investissements portés par la SEAM Lioran, le Département du Cantal et la Région, vont être réalisés dans les cinq ans à venir, afin de moderniser la station et surtout de préparer son avenir.

« Nous ne sommes plus dans une logique de loisirs d’hiver uniquement, décrypte Hervé Pounau, directeur de la SAEM du Super Lioran. Notre ambition finale est d’attirer des touristes à l’année. Il faut prendre le tournant de la diversification maintenant ».

L’été prochain, une tyrolienne qui fonctionnera toute l’année, sera inaugurée. Un investissement d’1 million d’euros pour la SEAM, ainsi qu’une piste de VTT quatre saisons et d’une piste de luge été-hiver (entre 2 et 3 millions d'euros).

Un centre thermo-ludique et un complexe hôtelier

Plus important encore, d’ici cinq ans, la station cantalienne devrait être dotée d’un centre thermo-ludique flambant neuf couplé à un bowling et des jeux d’après-ski. « C’est un équipement qui manque vraiment à la station et qui tournera aussi à l’année », souligne Hervé Pounau. Budget prévisionnel : entre 8 et 10 millions d'euros, financés par le Département du Cantal et subventionnés notamment par la Région. Parallèlement viendra s’ajouter un nouveau complexe hôtelier de 500 à 600 lits, qui permettra d’améliorer l’offre actuelle, jugée insuffisante et vieillissante.

Il est vrai que ses concurrentes auvergnates du massif du Sancy (Puy-de-Dôme), ont déjà franchi le cap en se dotant de tels équipements. Pour le Conseil départemental du Cantal, propriétaire de la station du Lioran, cette diversification des activités à l’année est tout simplement une question de survie.

 

Date de dernière mise à jour : 05/01/2023

Ajouter un commentaire

Anti-spam